La guerre des éoliennes.

Publié le par Beurk

Le débat autour des questions environnementales prend décidément des allures surprenantes. J'ai déjà eu, par exemple, l'occasion de de souligner combien les discussions sur le nucléaire avaient pu évoluer  ces dernières années. Un cas encore plus étonnant est celui des éoliennes. Ces grandes hélices, souvent présentées comme des sauveurs de notre planète, sont aujourd'hui attaquées en raison des dommages qu'elles causeraient à notre environnement! De façon assez ironique, le mouvement d'opposition aux éoliennes n'est pas sans rappeler celui né dans les années 70 contre le nucléaire: il naît d'association locales d'opposition aux implantations. Ces groupes(par exemple celui-ci ou plus virulent, celui-là) trouvent que les éoliennes, gâchent le paysage, sont dangereuses, provoquent une hécatombe parmi les oiseaux,  coûtent une fortune,  font un bruit épouvantable, ne permettent pas la réduction des émissions de gaz à effet de serre, gênent les réceptions de télévision et de radio. A l'inverse les éoliennes ont d'ardents défenseurs qui prétendent réfuter les arguments des "anti".

Cela va nous donner l'occasion d'un petit match.

Les considérations esthétiques sont les plus subjectives, personnellement, je ne trouve pas que les éoliennes défigurent la campagne, mais c'est une question de goût. Toutefois, on voit mal pourquoi elles seraient plus laides que les autoroutes, les lignes à haute tension, les barrages ou les centrales nucléaires.

Le danger des éoliennes relève à mon humble avis du fantasme. Leurs défenseurs ont beau jeu d'expliquer que, sur les milliers installées dans le monde, aucune n'a jamais provoqué d'accident mortel.

Pour ce qui est des oiseaux victimes des pales, c'est un point réel et argumenté. Il est vrai, cependant que les éoliennes sont loin d'être les principales causes anthropiques de morts parmi les oiseaux.

L'argument du coût est lui aussi souvent avancé: chaque W/h produit est acheté 8,2 € les dix premières années après la mise en service, ce qui correspond à une grosse subvention de l'éolien. Même si le prix est tout compris, c'est très incomparablement supérieur aux tarifs EDF.

Pour ce qui est des nuisances sonores,elles semblent bien réelles, selon un rapport de l'académie de médecine. Citons la conclusion: les vrais risques du fonctionnement des éoliennes sont liés à l'éventualité d'un
traumatisme sonore chronique, dont les paramètres physiopathologiques de survenue sont
bien connus, et dont l'impact dépend directement de la distance séparant l'éolienne des lieux de vie, ou de travail, des populations riveraines. Ceci étant dit, les implantations se font la plupart du temps dans des zones vierges de toute habitation.

Nous en arrivons au point central: les éoliennes ne permettent pas de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Pour soutenir ce point de vue, les opposants expliquent que les pays qui ont le plus d'éoliennes émettent plus de gaz à effet de serre que la France. Disons-le tout net, cette comparaison n'est pas très sérieuse. La différence dans le niveau d'émissions est largement liée à l'utilisation du nucléaire chez nous. C'est certes vrai que le vent ne soufflant pas en permanence, l'éolien est destinée à être utilisé combiné au thermique fossile, grâce à la capacité d ce dernier à être mobilisé rapidement. L'éolien français peut permettre d'économiser sur les 8-9% d'électricité fournies par les centrales au gaz, au fioul et au charbon. C'est peu, mais ce n'est pas rien.

Bon au final,  on a à peu près égalité entre les deux partis. Ce qui est sans doute  agaçant, ce sont sans doute cette débauche de moyens sur l'éolien, qui est et restera une source d'énergie  marginale, alors,que par exemple, la rénovation de l'habitat pourrait permettre d'économiser considérablement sur les fossiles.






Commenter cet article

Fulmar 29/06/2008 20:15

Salut,

Une amie spécialiste des chauve-souris me disait l'autre soir que ses charmantes bêtes étaient également victimes des éoliennes, ce qui pose de sérieux problèmes vis à vis de leurs statuts de protection; un point intéressant à creuser non ?

Beurk 01/07/2008 21:43


En effet,c'est un point à creuser, j'ai personnellement un faible pour les chauves-souris, animaux mal aimés.


ploutopia 23/06/2008 02:49

Eh oui, c’est le fameux « syndrome Nimby »
La meilleure énergie est celle qu’on ne consomme pas.