Irak: 5 ans .

Publié le par Beurk

Sans doute certains trouveront que le sujet n'a qu'un lointain rapport avec l'environnement, mais ils se trompent. Pour le montrer, demandons-nous pourquoi ce conflit a été déclenché.

Les partisans de cette intervention ont invoqué plusieurs raisons:

1) La présence d'armes de destruction massives en Irak, mais ces armes étaient inexistantes et on a appris plus tard que c'était un prétexte.

2) Des liens entre S. Hussein et Al Qaeda:  le Pentagone a reconnu finalement que ces liens étaient imaginaires, d'ailleurs, rien de sérieux n'a jamais été avancé pour le démontrer. Cette collusion était de plus totalement invraisemblable, vu que pour les islamistes, S. Hussein était au moins autant un ennemi que les américains.

3) La possiblité de créer une démocratie exemplaire en Irak, qui aurait été un modèle et aurait changé ainsi de façon durable le Moyen-Orient. A l'inverse des deux précedentes raisons, je n'exclus pas que celle-ci ait pu être en partie sincère. Force est de constater après 5 ans de violences, que l'objectif n'est pas atteint. La relative accalmie qui se serait produite ces derniers mois aurait pour raison, le rapprochement de l'armée arméricaine avec le pouvoir tribal sunnite au détriment du gouvernement national dominé par les chiites. En considérant la prééminence des divisions éthniques, renforcée par la quasi-sécession des kurdes au Nord et l'exil de plus en plus important des chrétiens, il devient évident que l'Irak n'existe plus.


4) La libération du pays du joug d'un dictateur sanguinaire. Cette raison est très curieuse étant donné que le monde ne manque pas de tyrans et qu'on est en droit de se demander pourquoi celui-ci et pas les autres. D'autre part, on peut s'interroger sur le prix payé par les irakiens. Les diverses estimations sur le nombre de victimes civiles varient d'environ 85 000(uniquement les victimes "civiles" et enregistrées administrativement selon  l'organistation "iraqi body count") à plus de 1 000 000 selon un institut de sondage britannique , en passant des valeurs intermédiaires: pour les trois premières années on trouve 600 000 selon une étude parue dans "the lancet" ou 150 000 pour la même période selon une autre étude parue, elle dans "the new England journal of medecine". On se doit aussi de mentionner le coût financier  du conflit qui se chiffre en centaines de milliards de Dollar.


Ces justifications étant insuffisantes, on en vient à penser à la question du pétrole. C'est ici qu'intervient la problématique environnementale. Pour en comprendre l'importance, il est nécessaire de savoir que de nombreux pays ont atteint ou dépassé leur pic de production.  L'Irak est un des seuls à avoir une capacité d'augmenter assez rapidement son débit d'extraction. A  partir de là, deux raisons peuvent expliquer la décision d'envahir l'Irak. La première est de permettre de sécuriser les approvisionnements prétroliers de l'Amérique, de plus en plus dépendante du Moyen-Orient. La seconde, moins avouable mais tout aussi plausible, est de permettre à certains groupes proches du pouvoir Washington de mettre la main sur des réserves importantes. Ce dernier point est soutenu par les déclarations de certains anciens de l'administration Bush, dont l'ancien secrétaire au trésor Paul O Neil. Il semblerait ainsi que cette guerre avait été décidée avant le 11/09.


Avec le recul, il est probable qu'il s'agit du premier conflit du 21ième siècle lié aux ressources.

 


Commenter cet article

Jonathan Balsamo 14/04/2008 14:20

C'est le premier conflit du 21ème siècle mais je pense qu'il va y en avoir d'autres comme un conflit pour la propriété des terres en antarctique , là où le pétrole se trouve en grande quantité .

charles Philipps 27/03/2008 23:37

Bien sur que USA/'irak c'est une guerre de ressource, bravo pour ton analyse !

Hélas, cela ne présage rien de bon et le cynisme se répand partout. il faudra que l'humanisme le balaye ou c'est notre humanité qui sera balayée.

Matérialisme et capitalisme aveugle, exploitation des peuples par des minorités cyniques peuvent être remplacé par partage équitable et aide mutuelle. Cela passe par un changement de mentalité, par de la communication de la compréhension, de l'amitié. C'est si simple, et pourtant !
Aucune solutions technique ne marchera sans bonnes volontés et coopérations HUMAINES.
évidemment la guerre c'est exactement l'opposé, c'est pourquoi les dirigeants(bush Père et fils, sharon et clique, Sarko en Afghanistan/pipeline ?) ont choisi cette voie, la pire. Ils seront jugés par l'histoire.