Le temps se gâte.

Publié le par Beurk

Curieux titre, n'est-ce pas?


Ce n'est pas réellement une allusion à la météo, qui comme chacun sait est capricieuse,  mais plutôt  au climat, à la fois  au sens propre et figuré.

Le formidable essor, qu'ont permis les progrès de la science et la révolution industrielle, menace de buter contre les limites notre monde. On parle beaucoup du réchauffement de la planète et personne aujourd'hui n'ignore ce risque mais ce n'est qu'un aspect du problème. La raréfaction de ressources comme le pétrole, la perte de biodiversité en particulier marine, la déterioration de terres agricoles, la question de l'eau, tout cela dessine une crise écologique majeure qui, probablement, mettra en question notre civilisation.

L'environnement est à la mode et on pourrait se dire que la prise de conscience est là, que nous allons affronter les problèmes. Je pense que c'est une illusion. L'idée qui se répand, c'est finalement que si chacun fait un petit effort, si nous avons des voitures qui roulent aux agrocarburants, si nous isolons nos maisons et si nous trions nos déchets, tout ira bien.

A mon avis, c'est une vision "bisounours" de la question.

Nous voudrions pouvoir avoir le beurre et l'argent du beurre, continuer à jouir de la société de consommation(devrais-je plutôt dire de gaspillage) et en même temps ne pas abîmer la planète. Cette contradiction n'est pas seulement celle d'un Sarkozy, qui après avoir fait un "Grenelle de l'environnement" et avoir annoncé une "politique de civilisation", va s'ateler à la "libération de la croissance" tout en cherchant à défaire les quotas de pêche déjà supérieurs aux propositions des scientifiques(
Tiens, soit dit en passant, il se chiraquise, le Sarko: proclamation de grands principes dun côté et gestion quotidienne en contradiction ou pas à la hauteur d'un autre). Non, nous sommes tous (moi inclus) face à ce dilemme: ceux qui, par exemple, achètent des produits bio au commerce équitable oublient que ceux-ci en parcourant des milliers de kilomètres ont nécessité l'émission de gaz à effet de serre...

C'est une transformation en profondeur de nos modes de vie et de notre économie qui seraient nécessaires, mais nous n'y sommes, me semble-t-il, pas près, et d'ailleurs quand bien même nous le serions, cette transformation ne servirait à rien si elle n'était pas générale sur la planète. Autrement dit, il y a de fortes chances que des changements radicaux adviennent , non parce que nous les aurions choisis, mais parce qu'ils nous seront imposés par les évènements

Bref, je ne crois pas que nous puissions éviter de gros problèmes au cours de ce siècle, simplement les atténuer(ce qui serait déjà pas mal) et nous préparer à y faire face.

Je vous l'avais dit, le temps se gâte.




Commenter cet article

fracty 25/01/2008 18:49

Oui, tout a fait du même avis en étant aussi objectif que possible ( c'est pas juste pour être du même avis).
Peut-être qu'il faut quelque secousses a l'inconscient collectif pour bouger le conscient. En ce qui me concerne, le sixième grande extinction et la la dégradation de la haute-montagne a cause du réchauffement me suffit.